Signé Dionysos, Opéracousmatique entre nature et artifice Francis Dhomont

This text is not available in English.

Pourquoi Dionysos? Parce que cet « opéra», commande des MANCA 86 (Nice, France), fut créé à l’occasion d’un concert que Jean-Étienne Marie avait dédié à Aristophane et parce que, chez Aristophane, Dionysos est celui qui entend le chant des grenouilles-cygnes, ces « filles des sources marécageuses». Et enfin, parce que l’exaltation et l’ivresse de ces chants d’amour nocturnes sont assurément dionysiaques. L’œuvre, comme tout drame digne de ce nom, comporte des actes, des scènes, des tableaux. On peut y percevoir des soli, des chœurs, une espèce d’orchestre, des duos et trios « vocaux». Elle obéit à une intrigue dont voici le livret: En France, au bord d’un petit lac provençal. Une chaude journée s’achève; les promeneurs s’apprêtent à partir. Derniers cris d’enfants, les moteurs tournent, les autos s’éloignent laissant la solitude s’installer. Maintenant le lac appartient à ses hôtes naturels. Arrivée des grenouilles, innombrables, qui prennent possession de la scène pour y donner l’opéra. L’orchestre s’accorde. Violons à droite, contrebasses à gauche: nous avons traversé le miroir. Chants inouïs, irréels, démesurés; c’est un Tristan aquatique qui, bien entendu, après l’amour, finira par la mort… Tout cela, on s’en doute, n’est pas très sérieux! Qu’y a-t-il de réel? L’art n’est-il pas d’abord artifice? « Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable.» C’est le propos même de cette pièce que de maintenir l’ambiguité entre naturel et artificiel, vérité et mensonge, son capté et son détourné. Ces « trompe-l’oreille» brouillent l’écoute et, comme le vin, altèrent les sens. Et nous voici renvoyés à Bacchus… La plupart des enregistrements ont été effectués la nuit, au lac de Saint-Rémy de Provence (France). Certains traitements ont été réalisés au Studio 123 du GRM, (Paris, France), grâce à l’aide indispensable et éclairée de Bénédict Mailliard et de Yann Geslin. Dédié à André et Paule Gribenski, la voix de ces batraciens et les chants de ces musiciennes. FD

  • Year of composition: 1986
  • Duration of the submitted work: 35:15
  • Production: Studio Akousma (Montréal); Studio 123, GRM (Paris, France). [1985-86, 1989].
  • Premiere: February 1, 1986, Festival des MANCA (Nice, France)

Linked projects

  • Amies, Appleton, Bartley, Belkin, Berg, Bonnier, Brady, Brown, Ceccarelli, CECG/GEC…
    130 tracks
  • CAP
    Allik, Amies, Appleton, Austin, Bach, Bartley, Belkin, Berg, Bonnier, Bouchard…
    315 tracks

More works by Francis Dhomont