Life Unseen Darren Copeland

Ce texte n’est pas disponible en français.

Life Unseen is a radiophonic tape composition. Over its seventy-minute duration, the work explores the subject of blindness from a variety of reference points. First of all, there is a tapestry of personal perspectives pulled together from interviews made in Vancouver, Canada during April of 1996: men and women of various ages with different experiences of blindness. Secondly, there is the leading voice of the writer-actress Alex Bulmer from Toronto, Canada who describes her gradual ten-year progression from being sighted to becoming legally blind. Finally, there is a mélange of styles and techniques blended by Darren Copeland from the recipe books of radio producers and electroacoustic composers: documentary commentary, storytelling, poetic monologue, acousmatic music, and soundscape composition.

  • Année: 1996
  • Durée de l’œuvre soumise: 70:00

1. Part One: 1. Introduction

Le problème de la définition de la cécité « légale» est abordé dès le départ, alors que la perte de vision prend davantage de formes que ne peuvent le soupçonner les voyants. La scène porte également sur la dimension psychologique de la cécité en questionnant la façon dont la cécité renverse les concepts et fonctions de base que l’on tient aisément pour acquis tels que la perception du temps et de l’espace ou de simples actions telles que manger, marcher, rêver, socialiser.

  • Durée de l’œuvre soumise: 12:11

2. Part One: 2. Awareness of Space

Dans cette scène, l’argument selon lequel les non-voyants sont désavantagés sur le plan de l’orientation dans l’espace est remis en question.

  • Durée de l’œuvre soumise: 2:45

3. Part One: 3. Recharting the Senses

Cette scène est essentiellement la réalisation de ce que dit son titre. Elle renverse la hiérarchie des sens qui prévaut dans la société occidentale et souligne les nombreux liens entre les détails qui s’offrent aux autres sens, en particulier à l’ouïe

  • Durée de l’œuvre soumise: 5:43

4. Part One: 4. Elegy

Élégie a été écrite en mémoire de ces expériences qui ne sont plus accessibles pour Alex depuis qu’elle a perdu la vue. Les nombreux jeux de lumières, formes et nuances qu’il a jadis perçus sont remémorés et chéris.

  • Durée de l’œuvre soumise: 5:11

5. Part One: 5. Listening in Place of Seeing

Cette scène reprend la prémisse de la troisième, à savoir que la sensibilité auditive très développée des non-voyants remplace la vue.

  • Durée de l’œuvre soumise: 6:35

6. Part Two: 1. Vulnerability

Il y a deux fils conducteurs dans cette scène. Le premier est une conversation portant sur le sentiment de vulnérabilité induit par l’usage d’appareils de correction visuelle dans l’environnement social. Le second est la description que fait Alex Bulmer d’une situation où elle est assise dans un café, description qui est affectée par les difficultés qu’elle éprouve en tentant de cacher sa cécité aux gens qui l’entourent.

  • Durée de l’œuvre soumise: 5:54

7. Part Two: 2. Insensitivity

Dans cette scène, nous nous rendons dans un centre commercial ainsi qu’en d’autres lieux publics. En chemin, nous prenons conscience de l’abîme qui sépare l’attitude des voyants et les besoins des non-voyants.

  • Durée de l’œuvre soumise: 8:05

8. Part Two: 3. Disrespect

Les aveugles doivent s’en remettre davantage que les voyants au gens qui les entourent. Il arrive cependant que cette confiance soit trahie par une personne voyante particulièrement insensible. Dans cette scène, deux situations de ce genre sont racontées et adaptées à partir d’une course en taxi.

  • Durée de l’œuvre soumise: 5:28

9. Part Two: 4. Social Interactions

Pour bien des gens, les environnements bruyants ont un caractère anti-social. Pour les non-voyants, de tels environnement ont un effet paralysant et représentent en quelque sorte la pénombre absolue. Cependant, dans les environnements où le niveau de bruit est faible, les non-voyants font preuve d’une sensibilité bien plus développée pour la perception des détails que celle des voyants. Lors d’une conversation par exemple, un aveugle peut percevoir des contenus que l’interlocuteur ne souhaite pas révéler, simplement en étant plus attentif aux intonations et à l’humeur en général.

  • Durée de l’œuvre soumise: 5:47

10. Part Two: 5. Conclusion

La scène finale réunit tous les événements et paysages sonores caractéristiques avant de céder la place à Alex Bulmer. Elle fait un retour sur ses expériences à Toronto, où elle s’efforce de maintenir un mode vie semblable à celui des voyants, caractérisé par la vitesse et l’animation. Elle revient ensuite sur son voyage à Vancouver et s’étonne de voir à quel point il est possible de planifier et d’organiser les activités afin de rencontrer les attentes des non-voyants. Les expériences qu’elle a faites à Vancouver lui font espérer que les qualités particulières et les besoins des non-voyants s’additionnent pour former la base d’une culture unique.

  • Durée de l’œuvre soumise: 13:32

Autres œuvres de Darren Copeland

Projet lié

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.