taste / oh yeah, i guess Matthew Horrigan [dinMonger]

"taste / oh yeah, i guess" réalise un style de composition que j’ai poursuivi depuis cinq ans: celui d’une musique acousmatique qui communique son message en en atteignant dans le monde bouillonnant des enregistrements audio, et en attrapant ceux qui disent ce que je veux dire - en mots, et en des bribes de mélodie. La pièce est une "fanfiction" musicale, existant à une jonction entre les royaumes, à un endroit signalé par "Plexure" de John Oswald et des mashups comme "Wugazi" de Cecil Otter et Swiss Andy; cette fois, imprégné avec l’éthos de ce que j’appelle "l’expressionnisme acousmatique:" Cette combinaison de wooshbangerie montréalaise et de soundscapemancie urbain qui vise à renverser le cinéma pour les oreilles dans le territoire surréaliste aucune vision pourrait, ou peut-être voudrait, tracer. Je n’ai jamais obéi la notion que la restriction auto-imposée était utile pour faire de l’art grand ou bon. Nous héritons suffisamment de restrictions telles quelles - les lois de la physique, les capacités calculs des ordinateurs et des oreilles et du cerveau, le temps et les autres ressources accordé par nos conditions économiques respectives, etc - que de comprendre la liberté, et les limites de la liberté, qu’on a déjà, constitue lui-même une tâche presque écrasante. Avec "taste / oh yeah, i guess" j’ai fait mes premiers pas dans l’étendue de cette liberté.

  • Année: 2018
  • Genre: Acousmatique
  • Format: Œuvre sur support
  • Matériel utilisé: Røde NT1-A, Zøøm H4N, laptøp, assorted mønitors and headphønes
  • Logiciel utilisé: Ableton Live, Adobe Audition, Google Chrome, Audio Hijack, Max/MSP
  • Durée de l’œuvre soumise: 9:44
  • Création: 2018, ICMC 2018 (Daegu, South Korea)

Projet lié

  • Addorisio, Bergeron, Boudreau, Famiilirani, Feliz, Fillion, Fresnais, Fukuda, Ghafouri, Hildebrand…
    32 pistes

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.